Vous le saviez ? Moi non plus .

Publié le par Opale

J'espère que ce petit article sera lu par quelques victimes et leur évitera la déconvenue (le mot est faible) que j'ai récemment connue .

Pour les non-victimes, je compte sur vous pour informer.

Je suis sympa je ne ferai pas d'interro écrite, je rappelle donc à ceux qui n'auraient pas suivi qu'on en était resté à "youpi la procédure est finie, il ira aux Assises " (et accessoirement à "au secours, subir 2 jours en sa présence ça va être horrible)

Ca c'était le 27 décembre après réception de l'ordonnance de mise en accusation et de renvoi aux Assises donc .

Oui mais non. On stoppe tout on remballle le champagne (enfin le muscat parce que le champagne c'est dégueu ! ), fausse alerte les gars !

Il y a quelques jours j'ai donc appris que Taré 1er avait fait appel. Vous me direz, et on me l'a déjà dit "mais appel de quoi, y a pas eu de procès encore donc pas de condamnation" 

Ouais, je sais. Mais la justice est joueuse, prenez des notes.

Ce que je ne savais pas c'est que quand une juge d'instruction rend son ordonnance et décide d'envoyer aux Assises c'est à dire qu'il y ait un procès en cour d'Assises (en gros dans les 2 ans qui suivent ) , ça ne s'arrête pas là.

C'est pas encore le moment de sortir le champagne (muscat j'ai dit ) .

Parce que voilà faudrait pas quand même qu'on embête un pauvre gars en l'envoyant pour rien aux Assises même si la juge d'Instruction qui a suivi toute l'affaire, reçu les deux parties, fait les confrontations et j'en passe, même si elle donc a conclu qu'il y avait suffisamment de charges pour que ce dossier aille dans une cour qui traite de dossiers criminels.

Donc , avant même qu'il y ait procès, l'accusé peut faire appel . Et c'est ce que Taré 1er a fait , sur les bons conseils de son avocate (qui doit s'être dit qu'avec un peu de bol comme ça elle n'aurait pas à supporter ce client cinglé encore longtemps ).

Qu'est-ce que ça veut dire ?

Ca veut dire que mon dossier va aller faire un petit tour à la Chambre d'Instruction, qui elle-même fait partie de la Cour d'Appel.

Cette Chambre est composée de trois magistrats qui vont donc reprendre tout le dossier, c'est à dire ici relire tous les PV d'autidion, de confrontation, de perquisition etc..

Puis ils vont se réunir et décider de la suite.

Et cette suite concernant mon dossier peut être soit de confirmer la décision de la juge et donc de confirmer le renvoi aux assises, soit de décider que faute d'éléments suffisants , il y aura non-lieu (et donc pas de procès ).

Ces braves gens vont se réunir le 14 février et me donner une réponse quelques jours plus tard.

Le hasard étant joueur, il me rappelle non seulement que je suis célibataire et que la St Valentin c'est pas la peine de compter dessus, mais il me rappelle également que l'an dernier à la même date se déroulait la deuxième confrontation entre lui et moi chez la juge.

Lors de cette audience il y aura donc trois magistrats ainsi que mon avocate et la sienne , plus un substitut du procureur et un greffier.

Ces trois magistrats prendront leur décision sans jamais nous avoir reçus , ni moi ni lui .

Cerise sur le gâteau indigeste de la justice, si jamais ils décident d'un non-lieu, je ne pourrai pas faire appel, puisqu'il s'agit déjà d'une décision de Cour d'Appel .

Le bon plan idéal pour les agresseurs de son genre, dans ce type d'affaires où l'on reste parole contre parole.

Si non-lieu, il sera définitif et les six ans d'abus sexuels que j'ai subis ne seront jamais punis , ou même simplement évoqués dans un tribunal .

Voilà où j'en suis, fatiguée et lasse, à nouveau en train de ressentir les angoisses si familières et insupportables de l'attente des diverses échéances de ces trois dernières années de procédure.

Je ne sais même plus ce que je veux . Parfois je veux simplement que tout s'arrête, parce que oui évidemment je suis terrifiée par un procès aux assises.

Un procès aux assises ça signifie deux journées entières (au moins 8h par jour ) à tout supporter, sa présence, ses déclarations, écouter les experts parler de nous en détail et dans les détails les plus intimes, devoir parler devant tout ce monde et dire à nouveau ce qu'il m'a fait, entendre les différents "témoins" (qui n'ont de témoins que le nom, évidemment dans l'inceste, ce crime à domicile, pas de témoin visuel ) , voir ma mère malmenée par son avocate à lui, être moi-même malmenée par cette même avocate et j'en passe.

Malgré tout, je ne peux imaginer un non-lieu, surtout dans ces conditions.

Se dire que la juge me croit, qu'elle estime avoir de quoi poursuivre, qu'elle nous a tous les deux vus et entendus , qu'elle a pris une décision et que par ce simple petit appel tout cela peut être piétiné, que par ce simple petit appel il pourra si non-lieu terminer tranquillement sa vie en sachant qu'on peut abuser d'une gamine de 12 à 18 ans, quotidiennement et ce sans jamais être puni et même sans jamais devoir s'expliquer devant un tribunal, c'est insupportable.

C'est insupportable et c'est pourtant le lot de milliers de victimes. Celles qui osent porter plainte voient dans leur majorité la plainte classée sans suite avant même d'arriver entre les mains d'un juge d'Instruction .

C'est ça la réalité des victimes d'inceste ou plus généralement des victimes d'abus sexuels dans l'enfance.

Le temps de sortir un minimum du trauma, d'oser commencer à parler, de démarrer une thérapie, d'avancer, tout ce temps joue contre nous et en la faveur de nos agresseurs.

Plus ils sont virulents dans leur négation, plus ils peuvent être sûrs que la plainte sera classée sans suite.

Ma "chance" a été que Taré 1er ne se défende pas "normalement" . Au lieu de simplement nier, il s'est amusé à se foutre du monde et a choisi de déclarer simplement ne pas se souvenir.

Ce qui l'a fait passer la barrière du Procureur et arriver devant la Juge c'est son comportement, sa façon de se foutre de tout, se foutre des flics, sa façon lors de la confrontation de dire , juste avant de repartir dans la cellule de garde à vue "si je me souviens de quelque chose je vous recontacte , vous me donnez un numéro ? " au flic qui venait de nous auditionner. Ahurissant, et pas très apprécié évidemment.

Le problème est là . Les flics l'ont vu, entendu, la juge l'a vu, entendu , ils ont eu tout loisir de se faire une opinion , tout le loisir d'halluciner et de me dire ou me laisser entendre que franchement ils en avaient rarement vu des comme lui.

Je ne sais pas si simplement lire ses déclarations sur papier fera le même effet aux trois magistrats de la chambre d'instruction.

J'espère, j'espère que ses phrases qui ont par moment failli me rendre folle auront un impact sur leur décision , malgré le fait que sur le PV il n'y a ni le ton ni le regard, ni toute cette supériorité et cette ironie abjecte.

Je n'ai plus qu'à souhaiter que ces quelques phrases lui soient fatales :

- Avez-vous tué quelqu'un monsieur ? (question posée par le flic suite aux "je ne me souviens pas " successifs de sa part )Réponse : Je ne sais pas . (audition de garde à vue )

- Concernant le fait que les abus étaient quotidiens "Tous les jours ça m'étonnerait, je ne suis pas de nature gourmande à la base " (1ère confrontation )

- "Je ne me souviens pas, ce n'est pas le genre de la maison, mais tout est possible " (audition chez la juge )

- Au flic qui lui dit que j'ai déclaré certaines choses " si j'ai caressé c'est déjà un bon début.." puis... "mais non c'est de l'humour par rapport à ce dont on m'accuse" (audition de garde à vue )

Malheureusement aucune de ces phrases ne constitue d'aveu ou de preuve. C'est abject oui, il est immonde, oui, mais ce ne sont pas des preuves.

Voilà, vous entendez probablement souvent que peu de victimes même adultes portent plainte, vous avez peut-être une idée du pourquoi là.

En attendant, je suis fatiguée, épuisée, à bout de nerfs. J'en ai assez de cette procédure, assez de ce qu'il m'a fait, assez de mes souvenirs qui reviennent en force au moindre courrier, assez de cette première confrontation qui continue à me hanter .

J'en ai assez de devoir tenter de me préparer à un non-lieu, qu'il soit maintenant ou plus tard en fin de procès s'il y a procès.

J'en ai assez de savoir que mon agresseur et tant d'autres se promènent libres, insouciants, avec de possibles nouveaux passages à l'acte .

J'en ai assez de cette lutte permanente pour revivre, revivre alors que je n'avais jamais rien fait, rien demandé pour qu'il décide de me donner la mort à sa manière.

 

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Publié dans La plainte

Commenter cet article

Marie 14/10/2014 14:35

Bonjour Opale,
Est-ce que si la chambre d'instruction estime qu'il n'y a pas d'éléments suffisants pour les assises, tu as tout de même l'opportunité d'aller en correctionnel ?

Marie 14/10/2014 14:48

Il s'enfonce. Pourrions-nous échanger par mail ? martinmarie.pro@gmail.com

Opale 14/10/2014 14:46

Son avocate à lui puisqu'elle ne parvient pas à le joindre.

Marie 14/10/2014 14:44

C'est une bonne nouvelle. Annulé par quoi ou qui ?

Opale 14/10/2014 14:39

Marie, si là apparemment ce qui dépend de la correctionnelle est prescrit donc non, mais sinon oui ils auraient pu me proposer.
Mais là c cette "chambre" dépend de la cour d'appel donc une fois qu'elle décide on ne peut plus rien faire, pas même aller en correctionnelle.
Enfin de toute façon l'appel a été annulé et il y aura donc procès aux assises.

libellule 20/02/2014 11:22

salut Opale
je t'ai suivi ici et là sur plusieurs sites.
je voulais simplement te dire que je connais l'injustice. mon "tueur" est déjà passé par la justice car il s'en ai pris à plusieurs enfants avant moi. Il a été jugé irresponsable de ces actes. Irresponsable, il n'y aura jamais de procès, jamais de paroles entendues, jamais de réparation, jamais de pardon. Il n'est même pas enfermé aujourd'hui, il vit "paisiblement" sa vie. Et tous ces gens qui se doutaient ou qui savaient aussi. La seule pensée qui m'apaise, c'est que je préfère être à ma place qu'à la sienne et qu'à la leur. Chaque jour de ma vie c'est un combat pour la vie, il n'a pas réussi à m'anéantir, je suis là, bien vivante. Oui, je préfère être à ma place, fière d'avoir plus d'amour que de haine dans mon coeur. Je l'ai croisé, lui, sur ma route; mais j'ai rencontré de belles personnes qui ont plus d'importance que lui. Quand je pense à lui, à eux qui n'ont rien fait.. il n'y a de place que pour la folie et le déni pour survivre aux regrets et à de pareils actes. Avoir commis de tels actes ou avoir laissé faire, est-ce que le bonheur, le vrai, est possible après ça, je ne crois pas. Leur folie les tuent à petit feu, tandis que le courage et notre force nous pousse vers la vie tous les jours un peu plus. Bats-toi, n'abandonne jamais et n'oublie pas de vivre Opale.
Bien à toi

PetitBourgeon 06/02/2014 22:53

Bon sang c'est tout simplement hallucinant !!!
Je croise très fort pour que l'appel soit rejeté... Et je t'envoie environ 10 tonnes de câlins.

Babeth 01/02/2014 16:46

J'aimerais te dire un truc intelligent qui te ferait sourire, ou te réconforterait, mais là, franchement, je trouve pas. Et puis, tu sais, les trucs intelligents, j'en dis pas souvent, alors du coup, dire un truc bien là tout de suite maintenant, ben heu...
Bref, au lieu de me torturer les méninges, sache que j'ai juste envie de te prendre dans les bras et de te serrer fort, parce que franchement, pffff et re-pffff...

Lou 01/02/2014 15:18

La justice n'a aucune preuve de l'inceste, et ils font quand même un procès aux Assises?
Il a des problèmes psychiatriques cette homme?
Bref c'est une question?

Lou 01/02/2014 15:36

Et je trouve également aberrant que votre avocate ne vous ai pas informée que sa possibilité de faire appel. En effet, l'appel est possible après la décision de n'importe quelle procédure et quel que soit le sujet!

Lou 01/02/2014 15:27

La justice est "injuste" en France.
J'espère pour vous que son appel sera rejeté s'il n'avait aucune raison de le faire et que l'affaire pourra poursuivre.
Courage à vous!

Opale 01/02/2014 15:22

Ils ont sûrement suffisamment de choses qui ont fait qu'ils estiment pouvoir poursuivre. Il n'y a jamais de preuves dans l'inceste, sauf les cas rarissimes où l'agresseur avoue.
En tout cas il sait distinguer le bien du mal et est accessible à une peine de prison et responsable de ses actes d'après les experts. (et d'après moi aussi d'ailleurs)