C'est réel...

Publié le par Opale

Je crois que, même si je rechigne à l'accepter, il est là le plus gros noeud de ma peur, de ma terreur face à l'approche du procès.

Je l'ai déjà dit dans d'autres articles : ils vont prononcer des mots "sales", décrire les faits, je vais devoir moi aussi les décrire en répondant à des questions, Taré 1er verra sa vie étudiée sous toutes les coutures, ma mère, ma soeur témoigneront. J'ai peur de tout cela, je ne veux pas de tout cela, je veux fuir tout cela, je veux mourir même pour ne pas y aller.

Mais au fond le problème est ailleurs...dans une partie de moi qui lutte encore contre l'évidence. Car si la présidente, le procureur, les avocates, lui, moi, ma mère, ma soeur et d'autres encore vont dire ce qu'ils ont à dire, vont rappeler ces faits, vont tenter de chercher s'il y a suffisamment de matière à condamner Taré 1er c'est pour une raison, une seule : c'est réel, ça a existé, et je ne veux telllement, tellement pas de ça.

Je ne sais pas vraiment si dans l'esprit de quelqu'un qui n'est ni psy ni victime il est facilement compréhensible que 12 ans après la première parole, après tout un travail sur soi, après avoir quitté la honte et la culpabilité, on puisse encore, quelque part là tout au fond et malgré le fait d'avoir porté plainte, avoir envie que tout cela soit faux.

Bien sûr je sais que c'est vrai, bien sûr je n'ai pas le moindre doute sur ce que j'ai dénoncé, bien sûr. Et pourtant...

Pourtant il y a une partie, une si infime mais si puissante partie de moi qui voit et ressent à quel point la douleur peut être pire, à quel point réaliser pleinement à 100% et non plus disons à 92% peut faire approcher la folie, injecter une douleur quasi animale dans les veines , donner envie de hurler, de supplier pour que ce soit faux, pour avoir rêvé, cauchemardé, pour s'être trompée.

Cette petite partie qui aurait voulu que l'histoire se passe ainsi : " Opale 7 ans et 3 mois perd son grand frère puis 3 mois plus tard son papa. C'est terrible mais sa maman veut leur offrir une nouvelle chance et Gentil 1er arrive dans leur vie , les rend heureuses . Ainsi, Opale n'oubliera jamais son papa, mais Gentil 1er l'aidera à grandir, à devenir libre, à oser et aimer vivre pour devenir au final une femme épanouie."

Sauf que...

La vraie histoire ça n'est pas cela . Gentil 1er n'a existé que dans la tête de l'Opale de 8 ans qui a espéré recevoir à nouveau l'amour violemment perdu. Mais Gentil 1er n'a pas vécu, il était Taré 1er, juste un fou bien décidé à piétiner tous les éclats d'amour restants, tous les espoirs, tout l'avenir , bien décidé aussi 4 ans plus tard à avoir une poupée à lui, de chair et d'os, vivante, obéissante et soumise. Alors au lieu de l'apprendre à grandir il apprit à Opale 8 ans la peur, la violence, il lui apprit à ne pas faire de bruit pendant la télé, pendant les mots croisés, pendant tout en fait . Il lui apprit que le danger est partout, qu'on ne va pas jouer dehors car on ne sait jamais, il lui apprit sans le savoir à reconnaître à sa façon de mettre la clé dans la serrure s'il était ivre ou non . Plus tard il lui apprit comment être une bonne poupée, soumise, obéissante et ne révélant pas son sale secret, pour qu'elle devienne au final une femme terrifiée dont il pourrait peut-être abuser encore et encore .

Oui c'est réel, oui ça a existé . Taré 1er non je n'ai pas rêvé, ce n'est pas un cauchemar même si ça y ressemble . Tes mains se sont posées bien réellement, partout où tu en avais envie . Ton cerveau pervers a trouvé des idées bien réelles pour te faire plaisir en observant ta poupée de chair et d'os tout en lui laissant croire qu'elle était d'accord, qu'elle était complice, que tout était normal.

Non je n'ai pas rêvé tes questions, tes commentaires, je n'ai pas rêvé ce verre d'eau et ce sopalin que tu m'apportais à la fin , je n'ai pas rêvé. Même si je ne l'ai pas dit au flic je n'ai pas rêvé la chose la plus humiliante que tu aies pu me faire subir et qu'évidemment je ne raconterai pas ici . Je n'ai pas rêvé les abus incessants, chaque jour , pas un seul jour en 6 ans tu ne t'es arrêté . Bien sûr tu n'avais pas toujours le temps désiré, parfois maman ne travaillait pas, parfois elle n'allait pas en courses, parfois elle était juste pour 2 mn dans la pièce d'à côté, mais pendant ces deux minutes tu trouvais le moyen, de loin , de faire un geste explicite vers ma poitrine. Jamais, plus jamais tu n'as cessé de penser à ça, de ces gestes de loin quand tu n'étais pas seul, à ces soirées entières quand maman travaillait , tu n'as plus vu autre chose en moi que cela, plus jamais. Et ça hélas, je ne l'ai pas rêvé.

Taré 1er, si tu savais à quel point je donnerais tout pour que tu aies été Gentil 1er , pour savoir ce que c'est de faire du vélo avec toi, se promener en forêt, faire un pique-nique, t'écouter m'apprendre des choses avec bienveillance. Mais ça n'est jamais arrivé , tu as tout détruit et tu m'as imposé une vie plate, sans sortie, sans promenade, sans complicité, une vie totalement vide de sens et de repères . Tu te plaisais à raconter ton enfance à la campagne, tes jeux. Tu osais parler de Noël en famille que tu avais vécu, c'était si cruel alors que tu nous faisais passer les Noël dans la peur, la solitude et la tristesse .

Alors tu vois ils vont tout dire au Tribunal, tout ce que tu m'as fait en terme d'abus sexuels, car pour le reste, même si ça m'a détruit ça ne peut pas rentrer dans le cadre d'une plainte. Ils vont tout dire parce que c'est vrai. Ils vont tout dire parce que jamais Opale 8 ans n'a eu un papa de substitution. Ils vont tout dire parce qu'elle a passé des nuits entières éveillée à attendre qu'enfin la lumière s'éteigne dans la salle et que tu ailles te coucher . Ils vont tout dire parce que tu as massacré , étouffé, piétiné tout ce qui aurait pu exister d'espoir et de vie en moi . Ils vont tout dire parce qu'aujourd'hui à cause de toi, j'ai tout à réapprendre, parce qu'aujourd'hui entendre quelqu'un raconter un banal souvenir de promenade en famille me brise le coeur. Mais surtout ils vont tout dire parce que c'est vrai que tu m'as utilisée, c'est vrai que du jour où tu as commencé tu n'as vu en moi que de la chair et de la peau à caresser, parce que je n'étais plus rien, à tes yeux et donc aux miens, rien d'autre qu'une salope d'ado comme je l'ai pensé longtemps.

Ils vont tout dire pour ça . Et je veux tellement pas . Je ne peux que sauver mon avenir, je ne peux que reconstruire sur les ruines. Je dois accepter que tu as bousillé mon enfance, mon adolescence et qu'elles ne reviendront pas . Je dois accepter d'être comme quelqu'un qui doit réapprendre à marcher avec une jambe en moins, sauf que ma prothèse à moi ne se voit pas.

C'est réel et même là en l'écrivant je suis loin, si loin, coupée de mes émotions pour me protéger encore de la douleur, me protéger du tsunami qui va bientôt me tomber dessus quand tous ces gens assermentés vont officiellement prononcer, dire, raconter ce que tu m'as fait .

Je ne veux pas de ce procès, je ne veux pas y aller, car je ne veux pas que cela me concerne.

Mais c'est réel.

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Publié dans émotions en vrac...

Commenter cet article

Ameclo 13/02/2015 23:59

Je sais que les jours passent et que la date se rapproche.
Je pense à toi souvent. J’espère que tu arrives à canaliser au mieux tes émotions.
Courage pour cette dernière ligne droite.

muriel 02/02/2015 11:56

Bonjour Opale ,

Etant moi meme victime d 'inceste , je me permets de te dire que je comprends ce que tu ressens . Malgré tout sache que ça m a fait plaisir de lire tes écrits , tu es plus courageuse que tu ne le dis et tu aides des filles et garçons qui ne savent pas s ils doivent dénoncer l'aggresseur de peur de "briser " la famille . on se sent toujours coupable quelque part meme si on sait qu on est victime . comme dirait Rousseau "la liberté est orageuse et la soumission est tranquille " . l inceste est un sujet hyper tabou , mais il faut le dénoncer pour qu il soit révéler et encourager d autres à ne plus avoir peur de dénoncer et surtout pour que les aggresseurs ne recommence pas ailleurs ; Si personne ne les denonce alors ils auront le pouvoir de recommencer sans craindre quoique ce soit ,même si c est une terrible douleur parles en , cela t aidera à surmonter cet phase de dépression . je sais bien que jamais nous pourrons oublier mais au moins les victimes d incestes sont la preuves que ça existe et on ne pas s enfermer dans le silence qui empire les choses . le plus dur de voir exposer tout les détails mais faut se dire que justement ça prouve qu on a pas "rêvé " que c etait bien réel et qu aujourdhui on sait se qui se passait et avec l aide de la justice et de la famille ou amis , on va le pointer du doight et montrer à la société ce qu'il est et ce qu il a fait d illegal ! au moins la famille et tout l entourage est au courant puis la justice qui va l inscrire dans son casier , il sera marqué lui aussi , même s il n est pas condamné ; ce que tu fais , en écrivant toutes ces emotions en vrac , c est tellement utile !

l' entourage ne comprend pas toujours les victimes , et en allant sur internet ,je suis tombée sur tes écrits et cela m a fait du bien et même temps je tenais à te repondre et de justement de montrer devant l 'aggresseur que tu sais que ce n étais pas "normal" et qu il a dépassé son role et que maintenant t es prête à le dénoncer puisque maintenant tu sais que c est à ton tour d 'agir contre lui . comme je l ai dit plus tot, je suis aussi victime d inceste , fraternel dans mon cas , et le plus dur n a pas été la confrontation mais la curiosité malsaine des psys et une avocate commis d office auprès de qui j ai dû lui donner des arguments pour qu elle me croit et mes parents qui ne m ont pas cru .. c 'est une autre histoire .. continue à te battre , même si c est épuisant au moins pour avoir le dénouement au niveau judiciaire puis ré apprendre à faire confiance à un homme , à avoir envie de sexe sans culpabilisé et surtout te sentir respecter et valoriser . l 'homme qui en serait capable , serait celui où tu te sentirais naturellement attirée par lui , où tu sentirais pas la peur quand il s approche de toi (ça été le cas avec mon copain actuel ) . une partie de ta vie t appartiens encore : ta vie d 'adulte , tu peux encore la construire , et je suis contente pour toi que ta famille ne t ai pas rejeté , c est précieux . Les bons amis ou connaissances sont aussi important même s ils ne connaissent pas forcément nos blessures , ils vont nous faire rire, sourire , avoir envie de bien s habiller , de voyager , de vivre tout simplement et nous empêcher d entrer dans l'isolement. Mon texte est assez long je crois , j espère que je ne t ai pas soulé, et que sans doute il y a certaines de mes phrases que tu as déjà entendu , j ai ecrit spontanément , je continuerai à lire tes textes .. ;)