Ils vont le dire...

Publié le par Opale

Ils vont le dire. Ils vont tout dire. Dire et le répéter, dire et me questionner. Tous ces mots que j'ai déjà bien du mal à prononcer moi-même, je vais les entendre.

Ils vont le dire et j'ai envie de vomir, ce n'est peut-être pas le hasard si j'ai vomi pour de vrai cette nuit après avoir écrit à ma psy quelques heures plus tôt "je voudrais tout vomir de ce qui concerne les viols" .

Ils vont dire, ils vont décrire. Ma maman de coeur a tenté de "m'entraîner" , elle en a pourtant dit très très peu, mais déjà je tremblais, déjà je partais loin dans les souvenirs, pour finir par fondre en larmes. Ils vont dire chacun des mots que je n'écrirai jamais ici, tous ces mots "sales" à mes yeux, des mots parfois d'une parfaite banalité pris hors contexte mais qui eux aussi deviennent "sales " dans le cadre des abus.

Ils vont dire le comment, ils vont dire le pourquoi ou tenter de le comprendre. Et dans l'idéal il faudrait que je puisse suffisamment me protéger pour ne pas revivre tout ça, pour ne pas "partir" dans le passé, pour ne pas me dissocier. Tenter de voir le souvenir de l'extérieur, en n'oubliant pas que je ne le subis plus, qu'il ne me fera plus jamais ça , que mon corps a changé, que j'ai grandi, que c'est un souvenir, un "simple" souvenir. C'est ce qu'on a tenté hier chez ma psychologue et c'est encore bien difficile.

Je suis tellement terrifiée à l'idée de les entendre, à l'idée de perdre pied, de redevenir la petite fille, comme lundi dans les bras de ma maman de coeur où je répétais terrifiée et dans de gros sanglots "il va pas le refaire hein ? " ayant perdu la notion du fait que je suis adulte et qu'il ne me touchera plus.

Il ne le refera pas non, plus jamais. Plus jamais ce qu'ils vont dire ne se reproduira , je tente de penser à ça , de penser surtout qu'à chaque mot "sale" qu'ils diront c'est à lui qu'ils rendront sa saleté, sa perversité. Les mots et les gestes lui appartiennent, il sera devant cette Cour pour les assumer, ou ne pas les assumer d'ailleurs, mais cela redeviendra à lui comme ça aurait dû toujours l'être. Ses idées tordues, ses idées glauques, tout ce qu'il a fait et dit, c'est à lui, ça vient de son cerveau à lui, de son imagination à lui, pas de moi.

Ils vont tout dire, enfin pas tout à fait car comme toute victime de violences sexuelles qui dépose plainte je n'ai pas pu tout déclarer. Il reste quelque chose de beaucoup beaucoup trop humiliant pour que quelqu'un d'autre que ma psy et ma maman de coeur en ait connaissance. Et de toute façon ça ne changerait rien à la qualification des faits .

Ils vont tout dire, tout détailler, il y aura les avocats, puis les jurés qui vont pouvoir poser des questions. Impossible de savoir à quoi s'attendre, impossible de prévoir leurs mots et donc le risque de faire une crise de panique en les entendant. Il va falloir lâcher prise et accepter que si je m'effondre, si je pleure, si je panique devant tous ces gens, ce n'est pas grave, c'est "courant" dans ce lieu et comme l'ont dit ma psy et ma maman de coeur, ça ne fera de toute façon que montrer les ravages de ce qui a été subi. Pourtant j'ai peur, ne rien maîtriser, perdre pied, exactement comme sous ses mains, mais là c'est différent, je dois penser que c'est différent. Je suis là pour hurler la vérité, là pour qu'il soit si possible puni, là pour lui faire passer l'envie de recommencer sur quelqu'un d'autre, là pour poser un fardeau et lui rendre ses immondices, là pour tenter d'enfin revivre et pas seulement survivre.

Tu le sais Taré 1er ils vont tout dire, même si ça sera toujours moins que ce que toi et moi nous savons , toujours moins car il y a des mots qui n'existent pas pour décrire l'indescriptible, l'insupportable, l'inimaginable.

J'espère de toutes mes forces que tu seras au moins un peu puni, même si je sais que je dois me préparer à un acquittement , c'est encore trop dur à envisager. T'imaginer libre comme l'air alors que coupable, c'est pour le moment insupportable, et pourtant ils sont des milliers, des centaines de milliers à l'être, soit parce que la justice n'a pu prouver les actes, soit parce que leur victime n'aura jamais pu parler ou n'est même plus en vie pour pouvoir le faire.

Ils vont tout dire Taré 1er, et même si j'ai envie de vomir ils vont dire ce que TU m'as fait.

 

 

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Publié dans La plainte

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ma 06/01/2015 17:00

Bonjour Opale,
J'ai suivi ton parcours depuis ton dépit de plainte, d'abord sur twitter puis sur le forum de victimes. Je t'écris pour te dire que je te trouve très courageuse de te battre comme tu le fais maintenant jusqu'au procès! J'espère que ton agresseur paiera pour ce qu'il a fait et que tu commencera à vivre pleinement ta vie!
Plein de pensées.
Une victime au bord du gouffre

Fluorette 04/01/2015 15:21

Oui ce sera difficile.
C'est plus compliqué qu'un "simple souvenir".
Je te souhaite beaucoup de courage.

Opale 04/01/2015 15:30

Merci Fluo ♥