On va recommencer...

Publié le par Opale

On va se lever à 6h30 , prendre le petit déjeuner et se préparer. On va partir à l'heure pour éviter du stress supplémentaire. Route direction A.

On va arriver à l'heure, avec de l'avance, ce qui nous permettra de prendre un chocolat chaud au café tout à côté du Tribunal . Puis on montera le grand escalier pour être dans le hall vers 8h45. On attendra notre tour pour sortir les affaires des poches, faire fouiller le sac, poser la ceinture dans le bac et tout reprendre une fois le portique passé .On saluera ma mère, ma soeur, ma nièce.

On fera la queue entre futurs jurés et diverses personnes , je donnerai ma convocation à l'huissier, puis on rentrera dans la salle, on s'installera , mon avocate à ma droite, mon papa de coeur à ma gauche. Les futurs jurés (et ceux qui ne le seront pas) seront assis sur les bancs du public en attendant le tirage au sort.

Il rentrera , menottes aux poignets , entouré de deux gendarmes et s'installera dans le box des accusés. Il sera toujours aussi impossible de détecter la moindre émotion sur son visage, la moindre expression. Il sera impossible de réussir à voir s'il me regarde .

La sonnerie retentira , et l'on entendra "La Cour ! " , alors on se lèvera, la Présidente entrera avec sa robe rouge, elle s'installera , les assesseurs à ses côtés.

Elle commencera par parler aux futurs (ou non) jurés et le tirage au sort se fera, certains pour des raisons que nous ne connaîtrons pas demanderont à être révoqués, d'autres le seront par les avocats de la défense, sans que l'on en connaisse la raison. Ceux qui ne seront ni jurés ni remplaçants pourront repartir . Les jurés désignés , eux, vont prêter serment puis s'installer avec les assesseurs et la Présidente.

Les témoins seront nommés, on vérifiera leur présence, on leur prendra leur téléphone portable et on les emmènera dans la salle des témoins en attendant le moment de leur interrogatoire.

A ce moment là, la Présidente lira le "résumé" de l'affaire, résumé aussi clair et impartial que possible, mélange de déclarations de chacun et d'articles de loi. J'entendrai ces mots sales à nouveau .

On lui demandera de se lever, de décliner son identité , et son adresse.

Je ne connais pas la suite, j'espère qu'enfin cette fois, rien ne viendra permettre un nouveau report, je n'ose pas croire que ça finira, j'ai encore peur de ce qui peut nous tomber dessus avant qu'on soit enfin, vraiment, réellement à la fin du procès.

Ce que j'ai déjà vécu les 12 et 13 mars me permet de connaître les lieux et certains intervenants, mais me fait aussi craindre un procès loin d'être classique, et de façon certaine hyper éprouvant pour moi . Je crains déjà tous ces mots qu'il faudra dire et entendre, le résumé ayant déjà été très dur à entendre. Je crains déjà ses réponses ou le fiasco possible avec sa (semble-t-il ) réelle semi-surdité . Je crains déjà les questions que ses deux avocats vont me poser, je crains déjà de les entendre le défendre, je crains les choses comme "mon client est à l'abandon" entendu en mars et qui m'a à la fois donné envie de rire et de pleurer.

Encore un peu moins de 6 semaines et on va recommencer. Comme dans un cauchemar, tout se remettra en place, même parking, même petit bar, même chocolat chaud, même portique, même place dans la salle, même peur . Pourtant cette fois c'est sûr il sera là.

Le midi aller déposer les affaires à l'hôtel et manger, le soir peut-être discuter autour d'un verre avec mon avocate, la nuit à l'hôtel, l'angoisse, y retourner le lendemain, savoir qu'un verdict nous attend quelques heures plus tard.

On va recommencer. Et j'ai envie de me tuer.

 

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Publié dans émotions en vrac...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Nancy 27/06/2015 15:39

Je vous souhaite force et courage. Mes pensées vous accompagnent pendant ces deux jours.

Ameclo 26/06/2015 07:27

Mes pensées t'accompagnent +++

marie 24/06/2015 17:53

Avec vous pour les jours à venir.
Bien sincèrement.

marie 24/06/2015 17:51

En pensée avec vous pour les deux jours à venir.
Bien sincèrement,
Marie

Ameclo 31/05/2015 11:48

Courage Opale pour cette dernière ligne droite. Vu de là où je suis, moi qui n'ai pas vécu de procès, ça donne l'impression d'encore subir, d'être prise dans la mécanique judiciaire, même si par ailleurs, c'est bien une action, une démarche active (la plainte), et donc l'inverse de la passivité, qui permet de remettre chacun à sa place (surtout Taré 1er au rang officiel de Taré). Et ces 2 facettes opposées du procès doivent être très dures à gérer côté émotionnel et rationnel. Je t'envoie mille pensées...

Opale 31/05/2015 18:09

Merci beaucoup. Oui dans une telle procédure on a bcp le sentiment d'être un pion, dans l'attente, le déroulement, le fait que tous ces trucs judiciaires nous dépassent, difficile en effet de se sentir acteur. On l'est presque + je pense le jour où on dépose plainte.