Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Dernière ligne droite ?

Publié le par Opale

Il l'a dit.

Il l'a dit et je n'ose pas y croire.

 

Encore une fois ce matin j'ai appelé le commissariat, comme régulièrement depuis 13 mois que j'ai déposé plainte. Je m'attendais encore une fois à ce qu'on me sorte le couplet habituel du "non on n'a pas encore reçu le compte-rendu d'expertise , on ne peut pas démarrer l'enquête"

13 mois d'attente, de torture lente, depuis le jour où ce sale con de flic m'avait reçue de toute sa froideur pour prendre ma plainte.

13 mois où les nerfs subissent, 13 mois à tenter de tenir.

Ce matin c'est le miracle, oui le papier est arrivé (tiens, ne serait-ce pas dû à mon courrier au Procureur pour dire que là c'est bon faudrait pas déconner quand même...) , l'enquête va démarrer bientôt, d'ici 1 mois.

Bientôt, pas de suite car il y a encore 2 ou 3 dossiers avant moi, et donc 2 ou 3 personnes derrière ces dossiers qui ont déposé plainte encore plus tôt que moi et qui vivent cette torture lente elles aussi.

 

Dans un mois donc je serai convoquée à nouveau, il faudra complèter, préciser les faits, les dates. Aucune idée de comment je vais faire ça alors que c'est le brouillard complet niveau repères temporels.

Des abus de 12 à environ 18/19 ans, voilà, tous les jours, mais à part ça, des repères, non. Le flou dans ma mémoire, le flou dans ma tête qui n'a pas envie de garder les centaines et les milliers de fois où ses mains se sont posées sur moi.

Il va falloir réfléchir, affronter à nouveau, continuer de vivre en attendant malgré cette réalité qui me revient forcément en pleine gueule.

 

Et enfin viendra ce que moi j'attends, qu'il soit auditionné, qu'il apprenne alors que j'ai porté plainte, qu'il apprenne alors que c'en est fini de son emprise, de son secret, qu'il prenne et qu'il garde toutes ses saloperies avec lui, je n'en veux plus, elles sont à lui, qu'il se débrouille avec les flics qui vont l'interroger et sûrement pas très tendrement.

Je n'attends pas d'aveux ni de remords, je ne crois plus au Père-Noël, je n'attends pas de condamnation non plus . Bien sûr il va nier ou dire que c'est moi qui voulais, mais je m'en fous il sait, c'est tout .

 

Je veux lui redonner toute cette boue, qu'il reparte avec dans sa vie de parasite , il en a assez fait comme ça, il pourra désormais assumer son exploit d'avoir pourri au moins 25 ans de ma vie.

 

Je suis vidée, terrifiée, je voudrais vomir cette réalité, ne pas avoir à en passer par tout cela, mais je n'ai pas le choix . Pas le choix juste parce qu'un jour ce sale type est entré dans ma vie et a tout fracassé.

Ne dites jamais à une victime d'inceste qu'elle doit "passer à autre chose" , elle le sait, mais ça prend du temps, tant de temps.

Non seulement ces types nous massacrent chaque jour où ils posent les mains sur nous, mais une fois qu'ils ont terminé, une fois qu'on est adulte, ils massacrent nos nuits, nos vies, notre quotidien, notre univers amical, professionnel, tout est compliqué, tout est à réapprendre quand on est passé sous le feu de l'inceste . Brûlé(e)s psychologiquement au 3ème degré , nos "barreurs de feu" sont nos psys, mais les plaies sont longues à cicatriser.

14 ans qu'il a posé les mains sur moi pour la dernière fois , mais la douleur ne s'arrête pas le jour où s'arrêtent les abus.

Je veux lui rendre tout ça et réapprendre à vivre , j'ai tout à réapprendre depuis lui.

 

Dernière ligne droite...entre espoir et terreur.

 

 

 

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Publié dans La plainte

Partager cet article

Repost 0