Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Lassitude

Publié le par Opale

Jour de fatigue, d'angoisse, de lassitude.

Pourquoi, je ne le sais plus vraiment moi-même.

 

Ces temps-ci pourtant il me semblait avancer. Mes souvenirs me foutaient à peu près la paix, je commençais à me détacher de ma mère et de ses angoisses, à ressentir de la colère envers elle, à tenter de dépasser les nombreuses peurs qui empoisonnent ma vie.

Je me sentais même parfois adulte, certes juste quelques secondes, mais c'est déjà un miracle chez moi.

 

Quand c'est comme ça on n'a pas envie que ça s'arrête, pas envie que le blues revienne, et même en sachant que ce foutu chemin n'est pas linéaire, c'est dur d'accepter d'à nouveau replonger , que ce soit pour une journée ou pour plus longtemps.

 

Je suis fatiguée et lasse aujourd'hui, épuisée de tous les efforts mis en place ces temps-ci, déchirée par les sentiments et les prises de conscience qui se mettent à jour concernant ma mère, déchirée entre mon amour pour elle et la nécessité de me sauver la vie, d'oser enfin avoir mon propre avenir, un avenir qui n'obéisse plus à ce goutte à goutte de peur qu'elle m'injecte, certes involontairement, depuis l'enfance.

 

Je suis fatiguée et j'ai à nouveau envie de crier que c'est injuste. Même s'il me semble un peu plus possible d'avoir un avenir, j'en ai marre, plus que marre et j'ai plus que mal chaque fois que je me reprends cette violente réalité en tête : oui tout ce cauchemar a existé et non je n'aurai pas une deuxième enfance pour rattraper tout ça.

 

Je suis lasse que mon inconscient choisisse le moment où ma psy est en vacances pour se "lâcher" sur des cauchemars...Je suis fatiguée que tout cela revienne, fatiguée que mon coeur panique dès que l'on entend parler de justice à la télé, dès que j'aperçois un reportage avec une garde à vue.

 

Bientôt j'aurai rendez-vous chez mon avocate, j'aurai accès à ce que mon agresseur a déclaré pendant sa garde à vue et j'ai peur. Peur d'être à nouveau confrontée à son discours pervers, peur d'avoir droit à d'autres phrases tout aussi destructrices que son "tous les jours ça m'étonnerait, je ne suis pas d'humeur gourmande à la base" 

 

Je suis fatiguée de tous ces deuils à faire, fatiguée que ce qui semble normal et simple pour d'autres soit un combat de tous les jours, fatiguée que toute chose dévore mon énergie.

 

Je m'accroche de toute mes forces à ma maman de coeur, à ces 3 jours avec elle, à tout ce qu'elle me transmet pour aller vers la vie, mais c'est difficile, tout est difficile.

 

Je voudrais pouvoir souffler, depuis 9 ans je ne sais pas ce que c'est d'aller bien au moins 1 semaine ou 2 d'affilée...les répits sont trop courts, les rechutes font trop mal.

 

C'est vrai que j'avance ces temps-ci mais le prix à payer me paraît parfois tellement élevé.

 

A l'instant où j'écris je rêve de quelqu'un chez moi qui me prendrait dans ses bras et me laisserait m'effondrer en larmes avant de retrouver le sourire...

 

Je suis fatiguée et j'ai peur, comme à chaque moment de "bas" , de ne pas remonter.

 

Je me sens lasse de cette injustice qui me donne envie de hurler...Pourquoi tous ces malheurs, pourquoi ce porc est-il venu succéder à des traumatismes déjà lourds avec le double deuil de mon père et mon frère ? Pourquoi ?

Je sais que je n'aurai pas de réponses, que je m'épuiserais si j'en cherchais réellement, mais j'ai mal à tout ce qu'on m'a volé.


Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Publié dans émotions en vrac...

Partager cet article

Repost 0

Lettre fictive à ma mère (29/07/2012)

Publié le par Opale

Maman
 
Je n'en peux plus de toi...plus les jours passent et plus tes angoisses me détruisent.
Tu as fait de moi une adulte terrifiée par chaque chose de la vie, c'est dégueulasse, et tu ne cesses d'en rajouter, attention, attention, tout est dangereux avec toi...sortir, voyager, nager, faire du vélo...
Tu m'as mise dans une cage dorée, emprisonnée dans tes peurs, et en prime tu as mis dans cette cage un homme fou et dangereux.
Qu'as-tu dans la tête pour avoir fait ça ? A quoi tu penses maman ? Tu vois pas que je suis en train de crever sous tes yeux ? On ne partage rien, je dois me protéger de toi, m'interdire de te dire ce que je fais, ce que je projette, ou sinon c'est l'avalanche d'angoisses...
Va-t'en ou tais-toi, j'en peux plus de toi...j'ai mal à en crever, je suis vide de toi mais pleine de tes peurs, toutes ces peurs que tu trouves normales, toutes ces peurs qui ne te font pas mal...
Pourquoi tu ne vois pas que c'est toi qui as un problème, pourquoi tu ne comprends pas que ce n'est pas normal de penser aux catastrophes sans cesse...
Je prends le train et tu penses à une panne, je mets ma valise dans la soute tu penses à ce qu'on me la vole, je parle d'un bleu sans savoir quand je me le suis fait tu parles de leucémie, tu parles des malades tout le temps, des cancers tout le temps, j'en peux plus, tais-toi, tais-toi tu me fais trop mal.
J'ai déjà tant de peurs que vous avez tous incrustées en moi, j'ai déjà tant de mal à les soigner, à les dépasser et tu m'en rajoutes sans cesse.
Je suis là, adulte qui a peur de tomber s'il y a une grande pente , adulte qui a peur de faire du vélo en ville , sur la route, adulte qui a peur de nager....
Tu as tué ma vie, mon envie de vivre, tu brises chaque espoir de projet, chaque envie, chaque souffle de vie que j'essaye d'attraper...
Je t'en prie tais-toi ou tu vas me perdre...tais-toi avant que j'en meurs de toutes ces peurs, tais-toi pour m'aider...
Je ne veux plus écouter ta voix, c'est la voix de la peur, de la mort....de la terreur....
Je veux plus t'entendre, tais-toi.............

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Publié dans émotions en vrac...

Partager cet article

Repost 0