Bonne année ?

Publié le par Opale

Je me souviens de la fin 2011...je paniquais, je pleurais, je ne voulais pas être en 2012 car je savais que logiquement, depuis un an que j'avais porté plainte, ça allait forcément bouger.

Je voulais que ça bouge et en même temps j'avais si peur, tellement peur.

Le "bonne année" de ma soirée de réveillon n'a jamais sonné aussi faux que ce soir-là.

 

Je pensais que cette année j'avais affronté le pire avec cette confrontation, mais c'était sans compter le souhait de la juge d'instruction.

 

Nous voilà donc à la veille du réveillon , prêts à passer en 2013 et encore une fois je ne veux pas . Non je ne veux pas car je sais que le premier trimestre 2013 va être logiquement marqué par une deuxième confrontation.

Te revoir, te ré-entendre, te voir fanfaronner parce que rien ne te fait peur, surtout pas être devant une juge d'instruction pour répondre de tes actes face à moi.

J'ai peur oui, quelle sera la phrase choc ce jour-là ? Après le "oh tous les jours ça m'étonnerait je ne suis pas de nature gourmande à la base" , après le "bon si je me souviens quelque chose je vous contacte" dit avec un aplomb déconcertant au flic, après le "ah ben si j'ai caressé c'est un bon début...non mais c'est de l'humour par rapport à ce qu'on me reproche"

 

Quelle phrase vais-je prendre en plein coeur cette fois ? Comment ce tsunami de folie va-t'il encore m'emporter ? Je ne sais pas résister quand tu es si proche, je suis perdue et emportée dans ton monde de fou, je reste abasourdie de ton comportement alors que je te connais bien, mais tu es sans cesse imprévisible, il n'y a qu'à voir les réactions des flics et de la juge face à toi.

 

J'ai peur oui et je voudrais fuir ce cauchemar qui m'attend, peut-être encore plus violent que les abus peut-être, je ne sais plus.

Bientôt janvier 2013 et donc bientôt 2 ans que j'ai porté plainte, bientôt 10 ans que j'ai révélé les abus pour la première fois.

 

Non je ne n'ai pas envie, je n'ai plus envie.

 

Comment une année où je vais passer ne serait-ce qu'une heure dans la même pièce que toi pourrait-elle être une bonne année ?

Dommage que le Père-Noël ne m'ait pas amené mon plus beau cadeau : ta mort.


 

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Publié dans La plainte

Commenter cet article

Cédric 31/12/2012 11:57

Bonjour,
Je te souhaite une bonne année, même si je consulte rarement ton blog, toujours très touchant.
Je comprends que ton agresseur joue sur l'ironie pour te discréditer, c'est une des seules cartes qu'il a dans son jeu ! Que tu t'écroules nerveusement, ou que tu t'embrouilles, ou que tu
abandonnes.
Pourtant cela va te choquer, mais je t'en souhaite plein des confrontations ! Des réussies. Des confrontations d'entrainements ! Des moments de préparations.
Des arguments formulés, de la repartie autant que lui pour contrer ses attaques (mais juste se défendre avec les faits qui sont pour toi)
Je te souhaite de trouver tous les ressources sur lesquels t'appuyer ! Des épaules réconfortantes, des oreilles attentionnées, des méthodes pour contre-argumenter, des gens pour t'aider à
confronter, des psy pour tempérer la peur et le malheur, des amis pour t'amuser et oublier.
Dans les moments de doutes, j'espère que la pensée compatissante pour l'enfant souillée t'aideras à te révolter pour aller à la fin de cette confrontation.
J'espère que tes mots tueront définitivement l'agresseur qui envahit ta tête !
Oui je te souhaite de te préparer au mieux pour ne pas être seule avec la peur au moment de la confrontation ! Pour ne pas regretter les mots qui ne sortiraient pas ! Et puis se préparer pour
pouvoir décompresser largement entre deux préparations !
Je souhaite que tu fasses de ton mieux pour cette année décisive ! Encore un pas vers un Toi plus fort !
Bonne chance ! Bonne année 2013 !