Mauvais anniversaire !

Publié le par Opale

Tu as 66 ans aujourd'hui.

Tu vois je pense à toi . Je pense à toi pour te souhaiter de tout mon coeur, de toutes mes forces, un mauvais anniversaire .

Comme je le disais il y a quelques jours, puisque cette année ton anniversaire tombe le jour de la fête des grand-mères, tu devrais rejoindre la tienne, si, vraiment crois-moi, personne ne te regrettera.

J'ai un cadeau pour toi cette année . Bon je sais tu disais qu'il n'y a pas besoin de dates spéciales pour faire des cadeaux . Tu avais juste oublié de préciser que c'est parce que tu ne fais jamais de cadeaux.

Faire un cadeau à qui hein ? A tous ces cons qui sont tous inférieurs à toi, non bien sûr.

Bref je te disais j'ai un cadeau . Je t'offre ma haine et mon envie de me venger . Profites-en bien, c'est tout neuf, et ça ne durera pas, ça laissera place au seul sentiment que tu mérites réellement : l'indifférence .

Si tu ouvres ton cadeau tu verras que ces temps-ci ça bouillonne en moi, des sentiments nouveaux apparaissent, je me mets parfois à te détester mais aussi il faut bien le dire à avoir envie que tu souffres . 

Tu vois ça ne me ressemble pas, alors j'ai craint au début de devenir comme toi, je n'acceptais pas ces sentiments dont j'avais tant entendu parler.

Mais on m'a dit, expliqué que ces sentiments sont normaux, que c'est une étape sur mon chemin, qu'il est normal et même sain d'avoir à un moment donné envie de détruire celui qui a détruit mon enfance et bousille encore ma vie des années après.

J'ai encore du mal à accepter, preuve au final que je ne suis pas et que je ne serai jamais comme toi . Toi tu ne cherches pas à savoir si tes pensées sont bonnes ou mauvaises, tu passes à l'acte et l'autre devient ton objet , ton défouloir, ou encore ta poupée.

Je ne serai jamais toi car je ne mettrai jamais mes pensées à exécution.

Mais puisque c'est ton anniversaire et que c'est ton cadeau, ça serait dommage de ne pas tout te dire non ?

Te dire comme je bouillonne et comme j'ai envie que tu aies aussi peur et aussi mal que tout ce mal que j'ai ressenti . Que tu sois aussi humilié que maman et moi l'avons été.

Tu sais il y a deux jours, un truc complètement banal passait à la télé, et ça m'a rappelé cette nuit où par simple envie de domination et de pouvoir, tu avais décidé de mettre maman à genoux en lui tordant les poignets pour qu'elle n'ait pas d'autre choix que d'obéir.

Le "à genoux" dit pour rire dans l'émission de télé m'a renvoyé ta voix , ta voix de mec bourré et sûr de lui dans la nuit, et le cri de maman, après lequel je suis arrivée dans la salle pour arrêter ça .

Je me souviens du "espèce d'ordure" que j'ai prononcé, si bas que tu n'as pas pu l'entendre . Je me souviens comme je te haïssais à cet instant précis . 

Ce passage banal à la télévision m'a donc renvoyé à toi, espèce d'ordure oui et j'ai bouillonné, fort, très fort . J'ai eu envie, tellement envie que quelqu'un de plus fort que toi te fasse la même chose, t'humilie, te mette à genoux.

J'ai eu envie de toutes mes forces que quelqu'un te fasse mal, te fasse peur, que tu sois obligé de supplier pour qu'il arrête.

J'ai eu envie de te torturer pour que tu me demandes pardon, et de te laisser crever sans t'accorder ce pardon.

Il te plaît mon cadeau j'espère ?

Parce que tu vois, il est provisoire, ma haine s'apaisera alors que toi tu resteras éternellement pervers .

Ma haine s'apaisera et mon plus beau cadeau un jour, celui que je me ferai à moi, sera de me foutre de savoir si tu es mort ou non.

L'indifférence, oui c'est vraiment tout ce que tu mérites.

 

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Publié dans Mon agresseur

Commenter cet article

Edov 05/05/2013 15:09

Bravo pour avoir osé parcourir ce chemin, je n'ai pas la même histoire mais me retrouve totalement dans certains de vos sentiments.
Je vous souhaite beaucoup de courage pour continuer et vous remercie de partager votre histoire, elle aide d'autres victimes à avancer.

cazeneuve 18/04/2013 17:30

Moi, j'estime qu'on ma volée mon enfance ainsi que mon adolescence, pourtant j'avais le droit de vivre une vie normale comme beaucoup d'autres enfants et pourtant on m'a fait du mal et cela dans
tous les sens du terme. Il fallait à tout prix que je me libère de tous ses poids... et l'écriture... je pense... a été ma meilleure thérapie. Toute ma vie, j'ai pensé que je resterais condamnée à
vivre avec cette souffrance, mais depuis que j'ai terminé mon manuscrit je revis, je me suis enfin libérée de mes bourreaux ! L'inceste a entraîné chez moi pendant des années une perte de mes
repères familiaux, à devenir craintive surtout auprès de la gente masculine. Pendant des années, j'ai été dépressive et renfermée sur moi même, je pense tout simplement que je me confortais à
m'empêcher de penser à mes tortionnaires. Aujourd'hui avec le temps, beaucoup de souvenirs sont revenus, beaucoup de chose que j'avais étouffé son revenu au fur et à mesure que j'écrivais, mais
maintenant je ne suis plus une enfant et je compte bien me battre pour cette cause, car l'inceste ne devrait pas exister. Je devais avoir entre 6 et 8 ans, trop petite pour comprendre que ce qu'il
me faisait était mal. Je l'ai compris quand il m'a dit de ne rien dire à personne... J'ai été ce qu'on peut appeler la "poupée gonflable de cet homme qui se disait mon grand-père", et pour me
défendre aujourd'hui, ma meilleure arme a été la parole à travers l'écriture... C'est horrible et parfois quand je relis quelques lignes de mon manuscrit j'ai le coeur qui se serre et j'ai de
nouveau peur. Car pour moi il s'agit d'un assassinat psychologique... c'est à peu près ça, un assassinat... Et malheureusement au moment à l'heure même ou j'écris c’es quelques lignes, je sais, que
des petites victimes sont en ce moment même en train de vivre la même chose et cela je ne le supporte pas ! cela me rend malade, et la non-assistance a personne en danger devrait être puni
sévèrement ! Malheureusement, ce crime inavouable entraîne le silence de la victime et ainsi naît le secret. Également, et très souvent, un des parents abuse de son enfant, et l’autre ne peut et ne
veut pas voir ce qui se passe ! En ce qui me concerne, pour moi, il s'agit de ma famille tout entière ! Donc, forcement, chacun vit, subit, supporte ce qui ne devrait pas exister ! car l’inceste
pèse lourd comme le secret qui s’installe dans une famille! J'essaie toujours de me reconstruire, j'ai une vie de couple stable, mais intérieurement je ne suis pas si heureuse que ça, car très
souvent j'y pense. Cette personne a brisé une partie de moi à travers sa perversité. J'ai encore des flashs blacks, mais ça partira avec le temps du moins... je l'espère. Mon grand-père m'a
toujours dit de ne rien dire, que c'était un secret, un jeu, et à force j'ai commencé a y croire, car pour moi a cette époque..., un adulte avait toujours raison. Quand j'ai écrit mon manuscrit
"l'enfer vécu de l'intérieur", un des sujets s'est penché sur l'inceste, car je tenais absolument à donner des "conseils, des émotions, voir une sortie de secours " afin de soutenir toutes ses
victimes qui restent dans l'ombre, afin de les aider a prendre les bonnes décisions, a faire ce pas vers la liberté! et faire cesser cette cruauté qui fait si mal aussi bien physiquement que
mentalement. Bien sûr, cela m'a fait mal d'écrire, beaucoup de cauchemars, beaucoup de douleurs qui ont repris naissances et cela aussi bien la nuit que la journée, mais également tellement de
soulagement de mettre mes souffrances sur papier, de me libérer, de vider mon coeur et la haine qui était en moi. Je sais que certaines personnes subissant des attouchements, voir plus, comprendra
ce que je ressens ! Il faut se battre et parler de ce secret qui certes est parfois difficile à dévoiler, mais oui il faut en parler pour que ce crime cesse au plus vite et que la punition du
criminel soit prise en compte. Malheureusement, je sais que mon histoire se veut d’être au pluriel et je sais également que très souvent la parole d’un enfant n’est pas sujet à être cru ; de ce
fait... combien d'enfants gardent ce secret ? Il faut dénoncer la personne qui vous prend votre innocence où des séquelles resteront malheureusement à jamais enraciner au fond de votre coeur, il
faut se libérer pour ne plus jamais regretter d'avoir gardé cela pour soi, l'inceste est un crime punissable par la loi. Bien amicalement, Chantal Cazeneuve Editeur 7écrit Editions
Le lien est le suivant http://7ecrit.com/lenfer-vecu-de-linterieur-8325.html

Petite Bulle 17/04/2013 20:47

Merci d'écrire cela. Pour les victimes je pense que c'est important et pour nous aussi, qui recevons vos témoignages, confessions, douleurs, récits, honte, peur, dégout etc... car on ne sait pas
toujours si nous agissons bien ou pas, on ne sait pas toujours si ce qu'on dit fait plus de mal ou moins de mal, on ne sait pas toujours ce qui se passe dans votre tête dans ces cas là. Merci pour
ton témoignage... Quel courage, quelle leçon d'humilité. Dis moi pour la suite de l'instruction et surtout le verdict.

manoudanslaforet 05/03/2013 17:54

Tu as raison entretien ton indifférence.... la haine fatigue... Bon courage bises