Noël

Publié le par Opale

1er décembre ... J'y ai cru encore pendant cette année, comme les autres années , j'ai cru que je supporterais enfin cette période , mais je me suis encore trompée .


Encore une fois je me retrouve à penser de toutes mes forces que non ce n'est pas Noël , que non ça ne va pas arriver. Je traverse le centre-ville en tentant de faire comme si les décorations que je vois n'existaient pas. Que faut-il pour qu'un jour Noël cesse de me ramener violemment à ces putain de souvenirs ? 


Le dernier Noël dont je me souviens vaguement et qui ressemble à peu près à un Noël normal c'est en décembre 1984...dernière année où je crois au Père-Noël d'ailleurs. Il y a ma mère , mon père, mon frère et ma belle-sœur , ma sœur je crois, les beaux-parents de mon frère ainsi que son beau-frère . Pas d'autre enfant que moi. Je ne me souviens que très vaguement et je ne "vois" pas mon père et mon frère , normal, leur image est effacée de ma mémoire depuis leur mort. Je me souviens que j'ai vu quelque chose de rouge dans le ciel et qu'on m'a dit que c'était le Père-Noël . Voilà ce dernier vrai Noël et ce dont je me souviens . 


L'année suivante je ne me souviens de rien du tout . Il faut dire que ça a dû être un Noël extrêmement triste et insupportable pour mes parents puisque mon frère venait de mourir à 23 ans, 3 semaines avant . Nous étions donc à 3 , je ne sais pas où était ma sœur , et c'est le dernier Noël passé avec mon père puisque lui aussi allait mourir 3 mois plus tard. 


Tous les autres Noël suivants, de 1987 à 2004 ressembleront à tout sauf à Noël . Mon ex-beau-père, mon agresseur donc , vit désormais avec nous et la vie n'est plus qu'enfer, peur et ennui . Cette ordure ose nous raconter les Noëls agréables qu'il passait enfant , alors qu'a cause de lui nous vivons des Noëls qui n'en sont pas . 


Il ne participe à rien, il râle quand je fais du bruit en ouvrant le sachet des toasts , ça l'empêche d'écouter la télé . Bien évidemment il ne fait aucun cadeau, lui qui disait à ma mère qu'il n'y a pas besoin des fêtes pour ça . C'est sûr, pas besoin des fêtes , il n'en faisait pas en dehors non plus , ne participant de toute façon jamais financièrement au quotidien . 


Les premières années , comme je suis encore jeune, ma mère qui travaille de nuit s'arrange pour plutôt travailler au nouvel An. Nous sommes donc là tous les trois pour une soirée mortelle où il a souvent bu et où seule la télé , dont il a choisi la chaîne , met un peu de vie dans la maison . Plusieurs fois je verrai ma mère pleurer en entendant les voisins s'amuser. 


Je commençais déjà à mentir à l'époque et à raconter aux autres élèves que je passais Noël en famille. Faux bien sûr. Ma sœur travaillant dans l'hôtellerie finissait tard et le passait avec ses beaux-parents, loin de notre solitude. 


Les autres années , constatant qu'il n'aimait pas le Nouvel An et qu'il buvait encore plus ce jour-là, ma mère a décidé de travailler à Noël mais pas au Nouvel An. J'étais donc seule avec lui et la télé , avec ce poids immense et lourd au cœur, cette envie de vivre autre chose, en vain. Mes souvenirs ne me le disent pas, mais je me doute qu'à l'époque des abus il n'y a pas eu de trêve de Noël . 


Les années ont passé ainsi encore et encore, avec ce sapin menteur qui me narguait . À 15 ans j'ai demandé à ma mère qu'on cesse de faire un sapin, c'était pour moi une mascarade insupportable dans cette fête inexistante . Elle a accepté . 


La première tentative vers autre chose était en décembre 2004 . J'ai décidé de tenter le bénévolat en m'inscrivant à " Noël dans tous les cœurs " qui organise une grande soirée pour les personnes seules . Ma mère s'est décidée aussi et c'est la première fois qu'on a osé laisser mon agresseur moisir seul ce soir-là . 


Pour Noël 2005 il n'était plus là, ma mère l'avait viré suite à mes révélations sur les abus . Visiblement un beau Noël se préparait , nous étions invitées à le passer avec ma sœur et sa belle-famille, il y avait une petite salle décorée , j'étais pleine d'espoir . Le soir s'est plutôt bien passé malgré une ou deux montées de ton qui m'ont fait peur. Malheureusement le lendemain a tourné au cauchemar . Plus le repas avançait et plus mon beau-frère et sa sœur se lançaient des piques . Ça a dégénéré et mon beau-frère s'en est pris à sa sœur , très menaçant . J'ai emmené les enfants de cette femme hors de la maison , dans la petite maison de location d'à côté . Ils étaient en pleurs et moi j'étais horrifiée , mes espoirs s'écroulaient . 


Quand leur mère est venue les reprendre ma mère est sortie, je lui ai dit " on part" , je ne suis allée dire au revoir à personne . Ma sœur est sortie nous accompagner à la voiture et en pleurs m'a dit comme elle aurait aimé que ça se passe autrement . 


Depuis, j'ai tout essayé , je l'ai passé chez des amis et même si je connaissais assez peu leurs enfants cela s'est bien passé mais dès le lendemain je m'effondrais en larmes chez eux tant il m'était insupportable de voir leurs petits-enfants dans la magie de Noël , mes souvenirs revenaient trop violemment . 


Depuis 3 ans je passe Noël seule , ma mère et mes amis ont eu du mal à l'accepter mais c'est la solution qui me détruit le moins, même si c'est encore très douloureux . Il y a deux ans je me suis surprise à être assez zen le jour J, à décider de prendre soin de moi . Malheureusement ça ne marche pas tous les ans . Le pire n'est pas vraiment le 24 mais les jours de préparation avant , quand je peux voir le sapin décoré chez les gens, comme je le voyais quand je revenais du lycée et que ça me faisait si mal . 


Tous les ans je me dis qu'il faut que je me crée mes propres Noëls mais je n'y parviens pas , alors je m'isole en attendant de pouvoir respirer le 26... J'espère qu'un jour quand j'aurai une voiture, je parviendrai à réaliser ce que je souhaite depuis l'adolescence, trouver deux ou trois personnes âgées isolées , les inviter chez moi et leur préparer un bon repas, leur passer la musique qu'elles aiment, les sortir de cette solitude . En attendant cette année encore j'ai l'impression d'avoir le cœur transpercé.


Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.

Publié dans émotions en vrac...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ameclo 22/12/2012 00:02

Opale, pleins de pensées pour toi alors que ce jour de fête approche.
C'est fou comme Noël peut être une période douloureuse.
Ca devrait être tout l'inverse...
Sache que tu n'es pas seule, loin de là, à avoir le coeur transpercé en cette occasion.
Mais je te souhaite un jour de vivre le Noël et les suivants qui sauront t'apporter enfin du positif.

Hélène 10/12/2012 19:43

Heureusement qu'il y a quelques détails qui ne collent pas... car un peu plus j'aurais cru que c'était mon histoire!!!
...

cam 01/12/2012 22:27

Plein de soutien. J'espère sincèrement qu'un jour vous passerez Noël apaisée!