Rdv avocate

Publié le par Opale

Voilà, je vais vous raconter ça un peu en vrac , alors autant dire que l'article sera tout pourri (si tant est que les autres le soient moins ^^ )

 

Je pensais pouvoir lire le dossier comme prévu, c'est à dire avoir accès à ce qu'il a déclaré en garde à vue et chez la juge notamment.

Mon avocate n'a pas souhaité que je le lise avant l'audition chez la juge qui aura lieu lundi, elle ne veut pas que j'ai l'air trop préparée, car déjà c'est d'après elle assez rare qu'une victime veuille lire les PV..

Bon elle me dit que souvent les victimes déposent plainte sans avoir fait le travail thérapeutique avant et que c'est pour ça que j'en suis à un autre cap (encore heureux hein, 7 ans de thérapie bordel , c pas pour rien )

 

Elle m'a expliqué que la juge d'instruction est quelqu'un de très bien, que contrairement à beaucoup elle connaît bien les réactions des victimes, que par exemple elle n'a pas besoin de lui expliquer si une victime semble détachée en racontant son histoire etc.

Par contre elle est aussi "brute de décoffrage" et va d'après elle sûrement me donner l'impression de ne pas me croire, par des questions parfois déstabilisantes, gloups.

Mon avocate sera donc à mes côtés, elle est surtout là pour vérifier que tout se passe bien et poser une question ou deux éventuellement.

 

Elle m'a expliqué que mon agresseur est donc mis en examen depuis le 4 septembre, jour où il a été auditionné chez la juge. Il est sous contrôle judiciaire et a interdiction de m'approcher ou d'approcher ma mère (yessss ! )

Elle m'a expliqué qu'il continuait dans sa version "je me souviens pas" et que la juge l'avait pas mal secoué.

Elle m'a finalement lu l'entretien qu'il a eu chez la juge, c'est assez folklo, d'ailleurs mon avocate attend avec impatience qu'il soit convoqué chez un psy pour expertise, car elle me dit qu'elle en a pourtant vu et même défendu des abuseurs mais que lui est particulièrement givré.

Dans le car du retour j'ai noté en vrac ce qui me revenait de ce qu'elle m'a dit...

 

Il déclare donc ne pas se souvenir donc ne pas savoir s'il m'a fait quelque chose, ça l'étonnerait beaucoup.

Il a quelques problèmes de repères temporels d'après lui, il a été paraît il renversé par une mobylette il y a 6 ou 7 ans, après que ma mère l'a viré.

 

Il aurait préféré que ma mère lui dise pourquoi elle le virait, il ne se souvient pas qu'elle lui ait dit que c'est pour ce qu'il m'a fait (bah tiens...)

Il pense qu'il a été viré car il avait bu du whisky avec des copains de jardin et que ça n'a pas plu à ma mère (mouhahahaha ) et qu'elle a attendu qu'il soit endormi pour appeler les flics (Barbie grosse menteuse ^^ )

La réalité est toute autre, ma mère lui a dit le matin quand il était à jeun, qu'elle savait ce qu'il m'a fait, il n'a rien répondu , s'est laissé engueuler et a fini par aller faire un tour. Il n'est pas revenu le midi mais est revenu le soir tard, ivre mort et menaçant.

J'avais conseillé à ma mère de s'enfermer dans la chambre, ce qu'elle a fait et il frappait dans la porte en disant qu'il allait être "encore plus méchant" c'est là qu'elle est passée par la fenêtre du rez-de-chaussée pour prendre sa voiture et partir chercher les flics.

Quand ils sont revenus effectivement il s'était endormi.

 

Il ne comprend pas pourquoi je n'ai pas porté plainte à ce moment-là, dit qu'on m'a peut-être conseillé. La juge lui a fait remarquer que si j'avais voulu l'enfoncer j'aurais déclaré des choses encore plus "poussées" (je vous épargne les détails) et il a répondu que j'ai peut-être été mal conseillée.

Il ne sait pas pourquoi je fais ça, je n'ai pas l'air d'une menteuse (bien aimable...)

 

Il ne se souvient pas que je lui portais le café dans sa chambre, ça l'étonne beaucoup (bah putain j'aurais dû lui balancer dans la gueule son café)

 

Il est étonné que ma mère ait déclaré qu'il était insultant "ta gueule", t'es conne etc, c'est selon lui "pas le genre de la maison" d'insulter sans raison (et la marmotte...)

Il ne buvait pas tant que ça non plus c'était occasionnel... bien sûr bien sûr...juste minimum 1 litre de vin par jour quand il n'était pas saoûl.

 

Il a été interrogé sur ses relations sexuelles et même sa capacité physique à en avoir, il a déclaré aux flics et à la juge qu'il avait effectivement des cassettes pornos chez lui (pas chez ma mère ça c'est vrai) , qu'il s'était payé le "luxe" pour voir si "la mécanique fonctionnait encore" car il n'avait pas eu de relations depuis ses 20/25 ans.

Pour lui des relations ça ne peut aller qu'avec des sentiments et être amoureux (sortez les violons..)

Il a déclaré en parlant de son sexe que "le collègue" fonctionnait encore (je jure tout est vrai dans ce que je vous raconte)

 

Ce blaireau lors de la confrontation avait dit au flic "si je me souviens d'un truc je vous rappelle", et bien figurez vous qu'il a redit ça devant la juge, il lui a sorti "j'ai dit au policier que je pouvais le recontacter si je me souvenais de quelque chose mais cela n'a pas semblé l'intéresser"

Sérieux, même en le connaissant je ne me ferai jamais à sa folie, il est flippant.

 

Il a déclaré qu'effectivement dans la période où il était chez ma mère il ne travaillait pas (20 ans quand même..) mais qu'il ne demandait pas le RMI ou les assedic car il ne trouvait pas ça logique (c'est sûr c'était mieux de prendre tout son fric à ma mère)

 

Quand ma mère l'a viré, il déclare que comme il avait un jardin ouvrier il est allé y vivre mais que ça a déplu à la mairie...Oh ben ça alors, c'est dingue hein ? Ouais c'était juste un peu le jardin que louait ma mère avec son fric à elle et qu'elle a donc résilié quand elle l'a viré.

Bref c'est ainsi qu'on lui a dit de voir l'assistante sociale et c'est ainsi qu'il a eu son logement (l'enfoiré alors qu'il y en a tant qui galèrent pour ça !)

 

Petit bonus pour les copains docs, quand il a été renversé il a été emmené aux urgences, un liquide rose s'écoulait de son nez et l'infirmier lui a dit "vous devez savoir ce que c'est . Mais oui mais oui...bah du vin peut-être hein qui sait ;-))

 

Voilà en gros...Je riais nerveusement en entendant certaines choses, à un moment j'ai dit "c'est dramatique" tellement j'étais consternée et l'avocate me dit" oui". 

 

Il faut maintenant attendre lundi pour l'audition chez la juge et ça c'est l'angoisse, j'ai dit à l'avocate que je maîtrisais beaucoup et qu'il ne fallait pas que la juge se fie à ça, et elle m'a dit que ça se voyait que je maîtrise (zut j'suis repérée)

Elle m'a dit également qu'elle trouve que je veux aller trop vite, lire le dossier et tout au lieu de prendre le temps de digérer...Ca doit être mon côté impatiente , mais bon c'est vrai que j'ai surtout un gros besoin de tout maîtriser dans cette affaire et ce n'est pas évident avec la justice.

 

Il n'est pas encore sûr que j'aie l'aide juridictionnelle totale, j'espère ne pas avoir de mauvaises surprises, auquel cas elle me dit que de toute façon je ne paierai rien tant que je n'aurai pas eu de dommages et intérêts (euh oui mais s'il n'y a pas procès ? )

En sortant je me disais genre oh ça va c'était pas si dur, mais j'avoue que 45 mn plus tard le deuxième effet kiss cool commençait à se faire sentir, lire ou entendre son discours pervers reste encore hyper violent .

D'ailleurs mon avocate disait soit il ne se rend pas compte (j'en doute fort) soit c'est un grand pervers et là il s'éclate car il peut même jouer avec la justice.

 

Publié dans La plainte

Commenter cet article

Ameclo 19/09/2012 09:13

Bonjour Opale,

J'espère que l'audition avec la juge se sera passée au mieux.
Qu'elle n'aura pas été trop brut de décoffrage et que l'effet kiss cool ensuite aura été "modéré".
Je comprends ce que tu peux ressentir suite à la lecture des dires de ce pervers... il est effectivement bluffant, hallucinant.
En tout cas chapeau pour ton parcours. Tu avances, même si cela coûte beaucoup sur le moment, c'est pour un jour aboutir à un mieux être. Tu le mérites 10 000 fois.
Sincèrement.